Vous souhaitez vous équiper en panneaux solaires en autoconsommation ? Il s’agit d’un projet qu’il faut préparer minutieusement, dans les moindres détails. Et forcément, comme tout projet d’équipement, il y a certains écueils susceptibles de le contrarier. Quels sont donc ces pièges à éviter ? La réponse avec Alpes Energies Nouvelles.

#1 Vérifiez la surface utile de votre toiture

La première erreur consiste à ne pas vérifier la surface utile de votre toiture. Il faut savoir que les panneaux solaires vont occuper une portion plus ou moins importante de la surface de votre toiture. C’est pour cela que vous devez vérifier que vous disposez au moins de 20 m² de surface disponible, idéalement en orientation Sud. Cela dit, une toiture avec suffisamment de surface avec une exposition à l’Est ou à l’Ouest permet, elle aussi, de rentabiliser votre projet. En dernier recours, si vous ne disposez pas de surface utile sur votre toiture, il est toujours possible d’installer une pergola solaire.

#2 Vérifiez la couverture assurantielle et les certifications de l’artisan

Vous avez trouvé l’artisan qui s’occupera de vos travaux ? Très bien, mais n’oubliez pas de vérifier sa couverture assurantielle. On parle de l’assurance décennale, rendue obligatoire par la loi Spinetta du 4 janvier 1978, et qui est obligatoire pour les professionnels du bâtiment. Cette assurance couvre les vices et les dommages qui peuvent affecter la solidité de l’ouvrage et de ses équipements indissociables. Son importance réside dans le fait qu’elle assure le paiement des travaux de réparation de l’ouvrage dans un délai de 10 ans après réception du chantier, à partir du moment où la responsabilité du professionnel est engagée bien entendu.

Pour ce qui est des certifications, vous devrez en considérer 3 principales : QualiPV, QualiBat et Qualifec. Ces trois certifications équivalentes vous permettent de savoir si l’artisan affiche des signes de qualité. De plus, grâce à ces certifications, vous allez pouvoir bénéficier de la Prime à l’Investissement pour votre projet solaire en autoconsommation.

#3 Exigez une étude personnalisée

Parce que chaque maison est unique, il est essentiel d’exiger une étude personnalisée qui tient compte de plusieurs paramètres, notamment du montant de votre facture d’énergie, de l’exposition de votre toiture et des appareils que vous utilisez chez vous. Par ailleurs, cette étude personnalisée permet de connaitre la puissance optimale pour votre logement, et ainsi mettre toutes les chances de votre côté pour rentabiliser votre investissement. Dans le même ordre d’idées, n’hésitez pas à demander une étude financière sur la rentabilité de votre projet.

#4 Consultez l’ABF et la mairie en amont

Il faut savoir que dans certains secteurs, la pose de panneaux doit être visée par l’architecte local des Bâtiments de France. Dans certains cas, il peut tout bonnement refuser leur installation, notamment à cause d’une mauvaise intégration visuelle par exemple. Que faire donc ? Vous devrez tout simplement consulter l’ABF et la mairie en phase de préparation de votre projet. Cela vous permettra de connaître en amont leur position sur le sujet, et vous éviter des dépenses inutiles en cas de refus.