S’il est une zone à Lyon qui ne faiblit pas en termes de rendement immobilier, c’est bien le 7e arrondissement, où le marché immobilier est toujours aussi solide, malgré la crise sanitaire. Le point sur le sujet avec Directe Location.

Le 7e arrondissement toujours prisé

Malgré le confinement, force est de constater que le marché immobilier au 7e arrondissement se porte toujours aussi bien. Notons toutefois que l’activité a été naturellement volatile, notamment en début d’année 2021. Cela dit, de l’avis de Directe Location, le 7e arrondissement continue à être soutenu par une forte demande, ce qui explique le fait que les prix n’y baissent pas. Points d’orgues de l’arrondissement, la zone nord où les biens se font de plus en plus rares, mais aussi Gerland qui profite de sa mue pour séduire de plus en plus de clients. Qui sont ces clients intéressés par l’achat dans le 7e ?

Il s’agit principalement de jeunes actifs et de jeunes couples avec ou sans enfants. Des acheteurs à la recherche d’un bien à Lyon intra muros, mais qui n’ont pas forcément le budget d’aller voir du côté de l’hypercentre au niveau du 1er, 2e, 4e ou 6e arrondissement. Lorsqu’ils sont le choix du 7e, ils ont la garantie d’obtenir une plus-value intéressante au bout de seulement 5 ans. Outre les acheteurs, le 7e arrondissement est tout aussi prisé par les étudiants. C’est en effet un gros marché de la location étudiante, en raison de la proximité de l’Université Lyon 2 qui compte près de 30 000 étudiants, mais aussi de Sciences Po, l’ENS Lyon, en plus de l’ouverture prochaine de l’EM Lyon en 2022. C’est pourquoi de nombreux investisseurs sont aujourd’hui à la recherche de petites surfaces de type T1 et T2.

Saxe-Gambetta et Jean-Macé, secteur le plus prisé du 7e

Le secteur qui enregistre la plus forte demande au 7e arrondissement de Lyon est celui sis entre Saxe-Gambetta. Bien placés, les biens de ce secteur, situés dans des immeubles construits entre le XIXe siècle et les années 1950, sont toutefois souvent dépourvus d’un extérieur. Les prix pratiqués dans le secteur débutent à 250 000 euros pour un T2, allant jusqu’à 350 000 euros pour un T3, voire 450 000 euros pour un T4. A Gerland, de l’autre côté des stations de métro, les prix sont légèrement moins chers, avec des T3 à partir de 300 000 euros. Vous l’aurez donc compris, les prix sont un peu plus abordables du côté de Gerland. De plus, le quartier a accueilli d’importants projets au cours de la dernière décennie, notamment dans les ZAC des Girondins et du Bon Lait. Les prix de ces biens sont plus intéressants que dans le neuf.

Vous cherchez des biens plus abordables dans le 7e arrondissement ?  La bonne nouvelle est que vous pouvez trouver des opportunités intéressantes du côté de Debourg, en plus de Gerland. En effet, il est possible d’y trouver des copropriétés bien entretenues à tarif accessible.