Sélectionner une page

De nombreux étudiants n’ont pas encore déniché de logement au moment de la rentrée universitaire 2022. Quant à ceux qui sont parvenus à trouver une solution, ils ont rencontré pas mal de difficultés. Plusieurs étudiants ont raconté leurs galères.

Une offre qui ne couvre pas la demande

La demande pour les logements étudiants est très importante dans les métropoles françaises. À Lyon notamment, on recense en moyenne 4 demandes pour une offre, ce qui en fait la deuxième ville de l’Hexagone dans laquelle la tension immobilière sur ce type de bien est la plus importante après Angers. Il s’agit également de la ville où les loyers sont les plus élevés en 2022, comme l’indique l’étude annuelle de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage). En effet, il faut débourser en moyenne 683 euros par mois pour s’y loger, ce qui dépasse de 12 euros le loyer médian en Île-de-France.

Aylin, une étudiante originaire de Genève, raconte avoir eu beaucoup de mal à trouver un logement à Lyon, car son budget maximal était de 500 euros. La jeune femme a dans un premier temps mené ses recherches sur les réseaux sociaux, persuadée d’y dénicher des offres moins chères. Elle a cependant rapidement déchanté, car les candidats étaient très nombreux. Sur Facebook, par exemple, pour les 80 ou 100 annonces qu’elle a consultées, elle a recensé pas moins de 40 commentaires pour chaque publication, si bien qu’elle n’a jamais postulé.

Selon Kevin, un étudiant qui vient de Lille et qui a déménagé à Lyon, un logement trouve déjà preneur dans les 15 minutes qui suivent la mise en ligne de son annonce. De son côté, Aisling, une Irlandaise, a affirmé qu’il était très difficile pour les étudiants étrangers de se loger, car ils devaient fournir un certain nombre de papiers et ne disposaient que peu d’informations.

Les solutions vers lesquelles se tournent les étudiants en quête d’un logement

Certains étudiants ont finalement trouvé un logement grâce à l’aide d’une agence immobilière. Il est notamment possible de demander un avis auprès de  Directe Location pour faciliter ses recherches sachant que cette société met directement en relation avec les candidats à la location avec les propriétaires.

Faute d’avoir trouvé un logement individuel, d’autres étudiants se sont rabattus sur la colocation. Tel est par exemple le cas de Davide, un étudiant italien, qui a dû partager un appartement social avec plusieurs étudiants. La colocation d’un appartement du Crous pour un peu moins de 300 euros par mois a aussi été la solution pour Kevin.

Découragée par des démarches infructueuses et la concurrence, Aislin, quant à elle, s’est tout d’abord tournée vers la location de logements proposés sur Airbnb. Elle révèle qu’elle a payé 800 euros pour se loger 2 semaines. Par la suite, elle a opté pour la colocation, une solution moins chère étant donné qu’elle lui coûte 405 euros par mois. La jeune femme confie néanmoins qu’elle aurait préféré vivre dans un studio individuel pour être tranquille le soir.